"L'amour, soudain" et non pas l'inverse, ou les subtiles nuances d'Aharon Appelfeld

Publié le par Kadjagoogoo

On me l'avait chaudement recommandé, je ne suis pas déçu après coup. Bien au contraire, même.

 

Un récit singulièrement bouleversant, du fait de son extrême retenue dans la description - pudique - des sentiments et des affects.

Durant une année, le quotidien, rythmé par de précieux rituels, d'un "couple" disparate.

Une jeune femme simple, douce et dévouée, déploie des trésors d'altruisme et d'affection attentionnée pour aider un vieil homme malade à accoucher, dans la douleur, du roman familial - sur fond de diaspora juive et de mysticisme - qui se refusait jusqu'ici à lui.

 

Une leçon d'écriture, tant par l'économie de moyen - qui contraste avec la puissance émotionnelle obtenue - que par l'intérêt didactique de ce livre qui délivre, sans aucune prétention professorale, des préceptes d'écritures cardinaux. 

 

Mieux qu'une méthode à l'usage de l'écrivain aspirant (ou confirmé, d'ailleurs), il est ce merveilleux livre décrivant comme nul autre l'essence même du geste littéraire, la plongée en eaux profondes, la discipline rigoureuse, quasi monacale, et l'assiduité qui, seules, ouvrent la voie de la mémoire qui fait sens, soudain.

 

J'ai mis une année à me préparer à ce choc littéraire, intimidé et mentalement indisponible, et voilà, j'en sors juste - de ma lecture, je veux dire, non pas du livre, qui va continuer, longtemps, à travailler en moi... Chef d'oeuvre.

 

Merci à A. pour m'avoir communiqué sa passion pour ce beau livre, ainsi que le goût de la nuance qui le caractérise jusque dans son précieux titre - ce que le titre de ce billet entend signaler, citant l'indication qui accompagnait pertinemment le conseil initial.

 

La quatrième de couverture ( <== click to full view)

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article