Le folk apatride d'Emilie Satt, sans frontières ni clichés

Publié le par Kadjagoogoo


Allez, une fois n'est pas coutume, Kadjactance vient nourrir un buzz, car il est mérité, çui-là. La Niçoise Emilie Satt ( <== @MySpace), 24 ans, prépare actuellement son premier album et nous offre dans cette attente le joli clip de Childishness, un titre extrait de son EP initial - sobrement intitulé 01 - paru en mars dernier et exclusivement dispo en téléchargement.

Emilie Satt - Childishness (official)

Mieux encore - dans le sens où on dépasse le simple cadre de l'illustration - cette captation live acoustique (mais tout le registre d'Emilie est dépouillé, en fait - et notamment sa reprise laidback du classique d'AC/DC, Highway to hell, qui a séduit même les plus intégristes et dogmatiques fans du groupe australien, c'est dire ), en juin 2008 dans le studio d'Europe 1, d'une des plus ravissantes chansons de ce mini-album (composé par elle, avec ses deux acolytes), You blow my mind (aka Ybmm) :


Emilie Satt - You blow my mind (live @ Europe1
)

Désormais Parisienne, Emilie Satt - que l'on découvrait aux choeurs auprès de Oxmo Puccino et Benjamin Siksou dans ce petit bijou composite (cet exquis châssis mélodique, discrètement sussuré derrière le flow d'Oxmo, c'est bien elle) - nous permet en outre de découvrir, dans un écrin virginal, une obscure chanson extraite d'un non moins obscur épisode de la série TV La Quatrième Dimension (Twilight Zone) datant de 1964 !... Une salutaire exhumation.


Enfin, je vous invite à découvrir cette charmante interview réalisée par Eric Jean-Jean, un sympathique document qui témoigne de la modestie de la miss, qui ne cache pas n'avoir été initiée au folk - contre toute attente - que très récemment, par ses musiciens, elle qui cultivait jusqu'alors plutôt des amours musicales dans les registres jazz et chanson française (l'entendre évoquer sa passion pour Boby Lapointe m'a ainsi agréablement surpris - et séduit. Non pas que je sois moi-même amateur de l'univers truculent et tarabiscoté de Boby, mais bon sang cela change des sempiternelles références à Nick Drake, Bob Dylan, Neil Young, Joni Mitchell, Leonard Cohen, Tim (voire Jeff) Buckley ou encore Françoise Hardy (pour les folkeuses hexagonales) qui sont le lot des interviews interchangeables de la nouvelle générations folk, qui manifeste ainsi certes un goût sûr, mais plutôt consensuel, comme si il fallait nécessairement venir de là - avoir épuisé Harvest, ou encore vouer un culte à Karen Dalton (qui le mériterait d'ailleurs, mais ce n'est pas la question ! ) pour chanter le folk.
Un PodCast assez bref mais savoureux, à déguster ici :


Voilà, j'ai donc succombé à cette artiste, qui porte en elle de belles promesses musicales, ainsi que le talent requis - déjà largement affiché - et les atouts pour connaître, dans le sillage du talentueux crossover de Norah Jones, un succès appréciable. A suivre, donc...

PS: pour info, Emilie Satt sera en concert à La Batterie (78) dans le cadre de l’évènement concerts de Télérama « 96 heures de musique »

Publié dans Musique

Commenter cet article

LADY MARIANNE 17/10/2009 21:29


bonsoir et bienvenue dans ma communauté " forum libre expression-
merci de ton choix - de ta confiance et de tes publications dans la commuanuté
bien amicalement  Lady Marianne


Kadjagoogoo 17/10/2009 21:32


Merci pour cet accueil et cette visite commentée !
Au plaisir, donc, de participer, dorénavant, à votre sympathique communauté.

Kadja =)